Le territoire nocturne est chargé de mythes. Selon une légende, l’ombre du hibou serait la porte d’accès des chamanes vers le monde inconnu. Ce très beau livre, à la couverture toilée et sérigraphiée, vous plongera dans la magie d’une nuit bien réelle d’une petite vallée pyrénéenne.
La nuit dans la nature amplifie nos émotions en mobilisant nos sens comme nous n’en avons plus l’habitude. C’est l’heure où imagination et adrénaline prennent le pas sur notre perception de la réalité. Au fil des pages, on pénètre au coeur du royaume d’ombres dans lequel le hibou grand duc règne en maitre.
Fabuleux aigle de la nuit, sa puissance évocatrice occupe une place importante dans l’imaginaire des hommes depuis toujours. Un artiste préhistorique réalisa justement un tracé digital de l’oiseau dans l’argile d’une poutre naturelle de la grotte Chauvet en Ardèche, à l’endroit  précis où la lumière cédait sa place à l’obscurité de la caverne. Des millénaire plus tard, ce hibou géant habite encore dans vallée où vit l’auteur et où toutes les images du livre ont été réalisées sur une période de 7 années.

La série de photographies nous immerge dans la poésie de la nuit et invite au lâcher prise pour ressentir plus que voir. Porté par la progression de la lumière d’une fin de nuit, on se trouve transporté loin dans ses propres paysages imaginaires, parfois désorienté, souvent dépaysé alors qu’on lève doucement le voile d’ombres sur la beauté mystérieuse de cette nature toute proche.

30€

AJOUTER AU PANIER / ORDER

 

Le photographe

Grégory Ortet a commencé la photographie nature, il y a une dizaine d’années, en redécouvrant la nature sauvage qui avait servi d’horizon à son enfance : les montagnes des Pyrénées sont désormais le territoire de sa passion. Ce sont, avant tout, les milieux escarpés ou ceux oubliés par la rapacité des activités humaines qui focalisent son attention. La photographie est pour lui l’aboutissement d’une démarche personnelle d’immersion et de compréhension du milieu dans lequel il vit. C’est ainsi qu’il trouve une cohérence, entre suivis naturalistes et démarche photographique. En 2011, il publiait avec Laurent Nédélec, un ouvrage Plumes de Cimes, qui propose un voyage dans la nature sauvage pyrénéenne, avec les oiseaux comme fil conducteur .

Review of the book by the nature photojournalist Bruno D’Amicis:

This first “solo” debut for French photographer Gregory Ortet and his newborn publishing house De Pyrene is a true jewel. The brave and sleek cover layout of this elegant book introduces us to 112 pages of a very respectful and poetic love story of a human for an animal: a tale that unfolds in the Pyrenées of our time, but which could have as well been told in front of a fire 40.000 years ago. Such is in fact the time span since Homo sapiens began looking at other creatures as totems or symbols.

We are traditionally taught to get to know intimately the whims of light and wait for the best conditions; until very recently and before the introduction of modern digital sensors, night was inaccessible to wildlife photographers who did not want to rely on artificial light. It is all different now and Gregory knows how to exploit the potential offered by new cameras, in order to glimpse into the obscurity and into the private life of animals that don’t want to share their life with us. Thus his images lead us in the “twilight zone”, inviting us to explore the mysteries of the night and of one of its most secretive protagonists, the eagle owl. The almost monochromatic pictures of this book, which dance between complete darkness and nuances of shadows, are wonderfully rendered on print. But don’t be fooled by the quiet feeling of all those encounters with the owls, badgers and wild boars of the photographer’s homeland: there is a huge amount of work laying behind this book.

From Gregory’s pictures and words, one can imagine him waiting all alone in his small hide (the imaginary space ship of our childhood!), four walls of stretched canvas suspended above the void, in the moment when darkness takes over the heat of a summer day. The minutes when everything gets dark-blue and the contours of objects become less defined. This is the time when imagination and adrenaline win over reason and reality. We can almost feel the heart of the photographer beating in synchronization with the hooting of the great owl, when this has finally landed on the perch above the cliff. A portrait of a magnificent species that seems coming straight out of the fairy tales, out of the darkest nights to fill our fantasy with light.